MonPetitMobile

Comparez en toute simplicité

des smartphones de qualité !

Samsung brevette un verre écran auto-réparable pour les smartphones

Publié le 7 septembre 2018 à 11h49

Bastien N.

Pas de commentaire

Quand la réalité rejoint la science-fiction. Samsung vient de breveter l’invention d’un écran capable de se réparer, dont il pourrait équiper ses smartphones dans le futur. Alors que plusieurs solutions techniques avaient déjà été envisagées par les grands constructeurs de téléphones portables, Samsung doit cette innovation à un étudiant japonais et aux effets du hasard.

À la recherche de l’écran auto-cicatrisant de Samsung

L’idée d’un écran auto-réparable existait déjà. De nombreux chercheurs travaillent à une solution pour que les écrans fissurés se réparent d’eux-mêmes. Des ingénieurs californiens savent déjà produire une molécule composite capable de colmater des fissures. Ce polymère est en effet étirable, jusqu’à 50 fois sa taille, et assez plastique pour se réparer de lui-même. Néanmoins, cette solution demande un délai de 24 h pour que l’écran retrouve son état initial.

Les écrans des Samsung pourront se réparer eux-mêmesLes fabricants de téléphones portables sont à la recherche de telles solutions de réparation automatique des écrans de smartphone. Ainsi, il y a quelques années, Motorola déposait un brevet pour un polymère à mémoire de forme chauffé dont les propriétés lui permettent de réparer de petites fissures. Le Sud-coréen LG pour sa part, passe à l’application et à la production en masse d’une solution comparable en 2015. Le G Flex 2, intègre déjà au dos une substance dont les propriétés permettent de réparer de petites fissures.

Le brevet de Samsung pour un écran auto-réparant

Le fabricant mondial de smartphones vient de déposer un brevet auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle pour une nouvelle molécule. Il s’agit d’un revêtement oléophobique auto-régénérateur. Plus clairement, le brevet concerne un matériau capable de cicatriser tout seul les rayures et les fissures. Pour la petite histoire, il faut savoir que les chercheurs doivent cette découverte au hasard ou à la chance, comme cela arrive parfois. L’étudiant Yu Yanagisawa remarque en effet les propriétés de ce matériau alors qu’il travaille à un nouvel adhésif. L’étudiant effectue une préparation chimique pour la confection d’une colle. Cette préparation est composée de polyéther-thioutée, qui est un polymère léger. Il remarque alors que la substance entaillée se ressoude lorsqu’il la presse avec les doigts une trentaine de secondes à température ambiante.

Les propriétés atypiques du polyéther-thiourée

Le polymère dont l’étudiant japonais découvre les propriétés permet d’obtenir un matériau dont la solidité structurelle est comparable à celle du verre, mais qui est néanmoins assez plastique pour s’auto-régénérer autour de 21°. La résistance mécanique et les propriétés de cicatrisation sont normalement incompatibles. Les réparations ne sont possibles qu’à une température très élevée, autour de 120°C. Or, le polyéther-thiourée permet d’effectuer cette réparation à température ambiante avec un simple massage du bout de doigts. Ce matériau permettrait ainsi de remplacer le verre trop fragile des écrans de téléphones portables. En outre, il constitue également un progrès en matière environnemental puisqu’il permettra d’éviter de nombreux remplacements d’écran en multipliant leur durée de vie par deux ou par trois.

À voir aussi : que vaut le Samsung Galaxy Note9 ?

Auteur de l'article : Bastien N.

18 articles publiés

Bastien Noel

Bastien Noel

Donnez votre opinion : commentez !