MonPetitMobile

Comparez en toute simplicité

des smartphones de qualité !

À son tour, Facebook met fin à ses accords avec Huawei qui ne pourra plus préinstaller ses applications sur ses smartphones

Publié le 14 juin 2019 à 12h34

Anaïs H.

Pas de commentaire

En mai 2019, le gouvernement américain a annoncé l’interdiction, pour les entreprises américaines, de commercer avec Huawei. Le fabricant est en effet accusé d’espionnage par l’administration Trump. Cette dernière craint entre autres les liens entretenus par la firme avec le gouvernement chinois. La première conséquence pour Huawei a été la perte de sa licence Android, après que Google ait mis fin à ses accords avec la marque. À la suite de cela, beaucoup se sont inquiétés de la possibilité d’utiliser des applications américaines sur leurs smartphones Huawei. Malheureusement, Facebook vient d’annoncer mettre lui aussi un terme à son partenariat avec le constructeur.

Huawei ne pourra plus préinstaller les applications de Facebook sur ses smartphones

Rendue publique par le média Reuters, la fin du partenariat entre Facebook et Huawei augmente l’inquiétude quant à l’utilisation des smartphones de la firme chinoise. La perte de la licence Android, annoncée fin mai 2019, impliquait d’ores et déjà la disparition des applications Google sur les appareils de la marque. Facebook ne semblait toutefois pas concerné par ces déboires, jusqu’à aujourd’hui.

Concrètement, Huawei ne peut désormais plus préinstaller les applications proposées par la société américaine sur ses smartphones. Cela concerne Facebook, Messenger, Instagram et WhatsApp. Jusqu’à maintenant, il était possible de retrouver les quatre applications directement sur les téléphones du constructeur, sans nécessité de les télécharger. Cette mesure ne s’applique néanmoins pas aux appareils Huawei déjà vendus. Les consommateurs en possédant un peuvent donc continuer à utiliser librement ces applications.

Les applications concernées par la fin des relations entre Facebook et Huawei

Quatre applications sont concernées par la fin de ce partenariat : Facebook, Messenger, Instagram et WhatsApp.

En ce qui concerne la possibilité d’un téléchargement des applications Facebook sur un store, cela reste incertain. Sans Android, Huawei doit en effet mettre en place son propre système d’exploitation. Si un accord n’est pas trouvé avec les sociétés américaines, Ark OS ne pourra pas proposer ces applications en téléchargement, les rendant ainsi totalement inaccessibles pour tous les utilisateurs Huawei. Pour la firme chinoise, il s’agit d’un nouvel obstacle. Beaucoup de consommateurs restent des adeptes de ces applications et l’activité de Huawei hors des frontières chinoises semble alors se restreindre considérablement.

Le gouvernement chinois se dit prêt à répondre aux attaques contre Huawei

Face à la décision du gouvernement américain, la Chine se dit prête à réagir. Après avoir évoqué la possibilité de bloquer l’accès à ses terres rares, des matériaux indispensables pour la fabrication de smartphones, Pékin annonce cibler les entreprises américaines. Étant donné que de nombreuses sociétés chinoises sont désormais blacklistées sur le sol américain, le gouvernement chinois envisage d’en faire de même avec les firmes américaines.

La Chine indique alors avoir dressé une liste de ces sociétés considérées comme indésirables. D’après les différentes informations transmises, il s’agit d’entreprises n’ayant pas respecté leurs contrats en arrêtant d’approvisionner des firmes chinoises. Parmi celles visées, de grands noms de la technologie sont présentes tels que Google, Qualcomm ou bien encore Intel.

Accords entre la Chine et la Russie pour Huawei et MTS

Grâce au gouvernement chinois, la Russie permet à Huawei de développer la 5G sur son territoire.

Avec cette décision, la Chine se montre prête à réagir aux différentes sanctions prononcées par les États-Unis. Huawei peut ainsi compter sur son gouvernement afin de tout mettre en œuvre pour le sortir de l’impasse. Outre ces mesures, Pékin vient également d’accorder les premières licences 5G aux opérateurs chinois. Le chef de l’État a en outre rencontré Vladimir Poutine, l’un de ses partenaires économiques. Cette entrevue a ainsi permis d’inclure Huawei dans le déploiement de la 5G en Russie.

Auteur de l'article : Anaïs H.

53 articles publiés

Anaïs Hillion

Anaïs Hillion

Donnez votre opinion : commentez !