MonPetitMobile

Comparez en toute simplicité

des smartphones de qualité !

Avec l’intégration de neurones, Huawei double la puissance de ses processeurs

Publié le 22 août 2018 à 9h25

Bastien N.

Pas de commentaire

Le fabricant chinois de téléphones portables Huawei a annoncé les prochaines versions du microprocesseur de son fournisseur HiSilicon, le Kirin 970. Ce processeur est le premier à intégrer l’intelligence artificielle au sein même du composant. La puce est capable d’apprendre les habitudes de l’utilisateur grâce à un système de neurones virtuels. Le nouveau système n’est pas encore aussi performant que les meilleurs processeurs du marché, mais Huawei annonce le développement de cette technologie prometteuse.

Kirin 970 : le microprocesseur à neurones virtuels de Huawei

Avec le Kirin 970, le fournisseur de Huawei, HiSilicon, avait inventé le premier SoC intégrant l’intelligence artificielle. Les SoC, pour System On a Chip, sont des plates-formes électroniques mettant en synergie des composants de fonctions différentes. Cette plate-forme comprenait les toutes nouvelles NPU, pour Neural Processing Units. Ces puces sont capables d’apprendre grâce à des neurones virtuels. Inspirés de la manière dont fonctionne le cerveau humain, le processeur apprend les habitudes de l’utilisateur pour devenir de plus en plus efficace.

À mesure que les transferts de données s’effectuent, les chemins de transmission se consolident, comme dans le système neuronal. Cet apprentissage permet d’une part une grande économie d’énergie, et d’autre part la limitation de la chaleur dégagée.

Huawei Kirin 970 neurone virtuel

Image d’un neurone virtuel, comme ceux du Kirin 970, créée par le Blue Brain Project.

L’intelligence artificielle intégrée au cœur du système du smartphone

L’utilisation de l’intelligence artificielle n’est pas nouvelle dans la téléphonie. Beaucoup d’applications de Google en font déjà usage. Cependant, elle nécessite un transfert de données depuis un serveur. Cet échange prend du temps et expose à des interceptions. Le processeur Kirin 970 intègre au contraire cette intelligence au sein du smartphone lui-même, ce qui permet à la fois d’économiser du temps, de l’énergie, et de sécuriser le transfert de données. Le processeur permet en outre de doubler le taux maximum de données, atteignant ainsi un score théorique de 1,2 Gb/s.

Processeur Kirin de Huawei

Les SoC Kirin à neurones virtuels sont aussi petits que puissants.

Une technologie qui arrive à point pour exploiter la 5G

L’intégration des neurones virtuels permet ainsi une amélioration considérable des capacités du processeur. Cependant, les performances de ce premier Kirin 970 demeuraient encore en deçà de la puissance du Snapdragon 845. Il s’agit d’un produit de l’entreprise américaine Qualcomm. Ce processeur constitue la référence pour cette année. C’est la raison pour laquelle le fabricant chinois élabore en ce moment le Kirin 980 pour équiper le Mate 20, son prochain flagship. Ce processeur, à l’instar des autres processeurs de la nouvelle génération, bénéficiera d’une finesse de gravure de 7 nm grâce à la lithographie laser ultraviolet.

Toutefois, les ambitions de Huawei ne s’arrêtent pas là. Le géant chinois prévoit un processeur encore plus rapide pour assumer les importants transferts de données de la 5G. Le Kirin 1020 serait ainsi doté de deux fois plus de puissance, et comporterait 40% de transistors en plus. Pour compenser leur fonctionnement, il serait aussi capable d’une meilleure dissipation de la chaleur. Ce sont en tout état de cause les promesses que doit tenir la nouvelle génération de processeurs pour supporter la quantité de données véhiculées par la 5G.

Auteur de l'article : Bastien N.

18 articles publiés

Bastien Noel

Bastien Noel

Donnez votre opinion : commentez !