MonPetitMobile

Comparez en toute simplicité

des smartphones de qualité !

Détecter un séisme avec son smartphone, c’est désormais possible

Publié le 10 mai 2020 à 11h35

Sophie P.

Pas de commentaire

L’Université de Californie de Berkeley (Etats-Unis) a développé une application qui permet de détecter les séismes. Pouvant détecter un séisme d’une magnitude 4,5 ou plus, cette application a déjà fait ses preuves.

Le smartphone peut prévenir les dangers sismiques avec cette application mobile

Le séisme est une secousse du sol liée à une libération brutale d’énergie accumulée par la pression exercée sur les roches. Egalement appelé tremblement de terre, ce phénomène est observable partout dans le monde. Les tremblements de terre causent chaque année des milliers de morts et blessés. Si la France ne fait pas partie d’une zone sismique à haut risque, elle a récemment été victime d’un séisme de magnitude 5,4 allant de la Drôme jusqu’à Lyon. Afin de pouvoir anticiper et prévenir de telles manifestations de la nature, un groupe de chercheurs a développé une application.

L'application MyShake permet de détecter les séismes

MyShake est une application qui détecte les séismes

Sortie en février 2016 en partenariat avec Deutsche Telekom, l’application mobile développée par l’Université de Californie s’appelle MyShake. Disponible sur iOS et Android, elle se base sur l’exploitation de l’accéléromètre, et permet alors de détecter des séismes d’une magnitude 4,5 ou plus.  Pour les non initiés, l’accéléromètre est un capteur présent dans la majorité des smartphones. Initialement, il permet de détecter si le téléphone est en mode portrait ou paysage, ou encore de mesurer la vitesse de son utilisateur. En détournant l’utilisation principale de ce capteur, l’Université de Californie a réussi à mettre au point MyShake.

MyShake est-elle vraiment efficace ?

L’application fonctionne de la façon suivante : lorsqu’elle détecte un séisme d’une magnitude 4,5 ou plus, MyShake envoie une alerte. Au vu de la gravité du sujet, l’unité de recherche de Berkeley est soucieuse de ne traiter que des informations fondées. A ce titre, elle attend de recevoir plusieurs notifications avant de les traiter. L’unité de recherche n’analyse l’information que lorsque différents smartphones envoient plusieurs alertes. Par exemple, en 2016, 200 smartphones ont aidé à détecter un séisme de magnitude 5,2 !

Aujourd’hui, plus de 320 000 personnes ont installé MyShake sur leur smartphone. Face à ce succès, Richard Allen, directeur du laboratoire de sismologie de l’Université de Californie à Berkeley, et son équipe souhaitent aller plus loin en intégrant directement leur technologie dans le système d’exploitation des smartphones. Cette intégration permettrait de créer un réseau mondial. Ainsi, l’équipe de MyShake pourrait détecter de nombreux séismes et prévenir un maximum de personnes via une alerte.

Auteur de l'article : Sophie P.

6 articles publiés

Sophie Prevos

Sophie Prevos

Donnez votre opinion : commentez !