MonPetitMobile

Comparez en toute simplicité

des smartphones de qualité !

États-Unis : vers un assouplissement des sanctions contre Huawei

Publié le 18 octobre 2019 à 16h51

Anaïs H.

Pas de commentaire

Depuis déjà plusieurs semaines, les déboires rencontrés par Huawei aux États-Unis font les gros titres. Après différentes tentatives de la part du constructeur pour faire lever les sanctions qui pèsent contre lui, ce sont les fournisseurs américains qui ont tenté de faire plier leur gouvernement. Donald Trump ne semblait toutefois pas convaincu par les arguments mis en avant. À l’occasion du G20, le président américain a néanmoins laissé planer le doute. Dans les faits, il se peut que Huawei se retrouve retiré prochainement de la « liste noire ».

Donald Trump accepte d’assouplir les sanctions contre Huawei

Le samedi 29 juin, Donal Trump a rencontré Xi Jipping, le président chinois. Les deux chefs d’état ont ainsi pu échanger au sujet de la guerre commerciale sino-américaine qui bat son plein depuis quelque temps. Sans surprise, l’un des principaux de sujet de discussion a été l’embargo visant Huawei. Depuis le mois de mai, le constructeur chinois n’a en effet plus le droit de commercer avec les entreprises américaines.

L'embargo contre Huawei pénalise également les entreprises américaines

Sans Huawei, les fournisseurs américains doivent s’attendre à de lourdes pertes.

À l’issue de cette rencontre, Larry Kudlow, le conseiller économique de la Maison Blanche, a laissé transparaître de bonnes nouvelles pour Huawei. Il semble en effet que les entreprises américaines obtiennent bientôt le droit de revendre des produits de la firme chinoise.

Un adoucissement des sanctions en lien direct avec Google

Bien que Google n’ait pas convaincu l’administration américaine avec ses arguments en faveur de Huawei, il semble que la firme soit la principale raison de ce changement de cap. Le géant américain doit en effet s’attendre à une perte de près de 800 millions d’utilisateurs si les smartphones Huawei n’ont plus Android. Le constructeur chinois a en outre laissé entendre que, en plus de lui, d’autres fabricants pourraient se passer du système d’exploitation américain. Xiaomi, Oppo et Vivo seraient en effet en train de tester HongMeng OS.

Malgré de nombreuses suppositions, aucune annonce officielle n’a pour l’instant été faite par le gouvernement américain. Dans un autre registre, Donal Trump a tout de même affirmé qu’il ne relèverait finalement pas les taxes sur les produits fabriqués en Chine.

Auteur de l'article : Anaïs H.

68 articles publiés

Anaïs Hillion

Anaïs Hillion

Donnez votre opinion : commentez !